Comment la crise sanitaire à modifier les habitudes de consommation numérique ?

Confinements, couvre-feux, restrictions de déplacement, autant d’effets de la crise sanitaire liée à l’apparition du Covid-19 qui ont eu un impact sur la façon de percevoir le numérique. Voilà bientôt un an, le 17 mars, la France était confinée, contraignant des millions de personnes à devoir vaquer à leurs activités quotidiennes depuis leur écran numérique. Ordinateurs, tablettes ou smartphones sont alors devenus les seuls liens avec l’extérieur grâce à internet.

Non seulement les volumes de consommation numérique ont considérablement augmenté mais de nouveaux internautes ont émergés.

En premier lieu les personnes âgées qui ont ressenti très vite le besoin d’échanger avec leurs proches et se sont appropriés les fonctionnalités des plateformes de visio de groupe, rattrapé par les personnes contraintes au télétravail qui doivent assurer des réunions en ligne par les mêmes circuits.

Le temps devenant rapidement une donnée essentielle dans ces situations d’isolement, la consommation de films, séries et vidéos en streaming ou sur des plateformes de vidéos à la demande a littéralement explosée.

Enfin, les peurs liées à la contamination et les différentes restrictions imposées à la population ont profité à tous les commerces en drive et fait émerger une technologie encore assez confidentielle en post-épidémie et désormais en plein essor : le « click and collect ».

En quoi ces transformations invitent les acteurs du web a repenser leur stratégie commerciale ?

Alors que la mode était à la consommation dans des énormes centres commerciaux, souvent situés en périphérie de ville, les effets de la crise sanitaire imposent aux grandes enseignes de revoir leur positionnement et de créer des passerelles beaucoup plus souples entre leurs magasins physiques et leur boutique en ligne et leur drive.

En outre, cette profonde modification dans les comportements de consommation numérique ouvre des débouchés aux plus petits acteurs et notamment les commerces locaux qui doivent aujourd’hui surfer sur cette nouvelle tendance du consommer mieux et plus près. Être présent sur le web pour toutes ces petites entreprises devient une nécessité pour émerger dans ce nouveau paysage numérique.

C’est l’ensemble de l’industrie de l’e-commerce qui doit revoir sa position. Retail, producteurs, détaillants, grossistes ou revendeurs doivent se rallier à ce profond changement qui se tourne de plus en plus vers le consommateur.

Il est fort à parier que dans le cas où l’épidémie du coronavirus se prolongerait dans les mois qui viennent, l’écart entre la vente en ligne et la vente physique va drastiquement se réduire.