L’optimisation des images pour le référencement

Optimisation image referencement

Quand il s’agit d’écrire pour le web, il faut tenir compte du référencement naturel et de l’UX. Pour qu’un site internet soit bien référencé sur les moteurs de recherche et apprécié par l’internaute, il doit avoir des textes parfaitement optimisés ainsi que ces images. L’optimisation des images est donc très importante. Cependant, il arrive que des erreurs soient commises pendant cette étape, parfois sans le savoir. Voici quelques points à vérifier pour garantir une bonne expérience utilisateur et une bonne optimisation des images pour les afficher sur « Google Images »

La taille des images

C’est le premier point à regarder. Les images trop grandes ou lourdes ralentissent l’ouverture des pages internet. Quand l’affichage des images n’est pas fluide, c’est l’expérience utilisateur qui en souffre. La solution pour remédier à ce problème est de redimensionner les images puis de les compresser. Il est à noter qu’identifier les images à optimiser sur un site internet contenant des centaines de pages peut se révéler long et fastidieux. Il est donc plus judicieux de penser à vérifier la taille des images avant leur publication. Néanmoins, il existe aussi des outils disponibles sur le net permettant de détecter les images à retravailler.

Les vignettes

Cela concerne essentiellement les sites d’e-commerce et les blogs. Sur ces sites s’y trouvent des pages listings avec des vignettes (image réduite de l’image d’origine d’un produit ou d’un article). Une image trop grande pour une vignette cause du tort au référencement naturel. Cela peut provenir du thème choisi pour le site qui n’est pas prévu de base pour intégrer des vignettes. Pour résoudre ce cas, il suffit de comparer la taille de l’image de la vignette (dans la balise IMG du code HTML) à celle du fichier image. Pour une bonne optimisation de l’image, la taille ne doit pas être plus grande ou plus petite que celle du fichier source.

Les images en HTTP

La plupart de sites internet sont aujourd’hui sécurisés en HTTPS. Les images doivent l’être aussi pour une meilleure optimisation de celles-ci. Si elles sont hébergées sur des sites extérieurs en HTTP, alors l’internaute verra un message d’alerte dissuasif. L’UX sera mauvaise ainsi que le référencement naturel. Dans cette situation, il faut vérifier le lieu d’hébergement des images et le passer en HTTPS s’il ne l’est pas déjà.

Le nombre d’images

Ce point a une influence sur le temps de chargement de la page internet. Un nombre trop important de photos par exemple sur une seule page va la ralentir. Même si ces images ont la bonne taille et sont compressées, elles limiteront la fluidité. Dans ce cas, il n’y a pas de recommandation précise sur le nombre optimal d’images à insérer par page. Cependant, il est toujours possible de comparer les différentes pages et de calculer le poids total des images. Sur les pages les plus lentes, il suffit alors de supprimer une partie des images pour réduire le temps de chargement des pages en question.

L’alternative textuel ou balise ALT

La balise ALT, également connue sous le nom d’attribut ALT”, est le texte alternatif d’une image ou d’un visuel sur une page web. C’est l’un des champs possibles à renseigner en codage HTML et vous permet de fournir une description de l’image ou du visuel  Il est donc important de bien préciser que le tag ALT a un poids pour le référencement naturel. En outre, il permet aux moteurs de recherche de déterminer le contenu de l’affichage. En optimisant les balises ALT des images de votre site, les moteurs de recherche comprendront que votre image est pertinente et logique par rapport aux mots clés renseignés. Il est noté qu’il est important qu’un seul mot clé est à renseigner par balise alt donc par image, et non une suite de mots clés

Avec ces quelques points de vérification, l’optimisation des images devrait donner de bons résultats sur l’expérience utilisateur et le SEO.